Un prix national pour la qualité des soins aux patients cérébrolésés


Un prix national pour la qualité des soins aux patients cérébrolésés

Par Uzès News

En 2017, le service État végétatif chronique / état pauci-relationnel de l’hôpital d’Uzès a introduit de nouvelles pratiques visant la stimulation sensorielle et la détente des patients. L’unité a reçu un prix de L’Association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier (ANFH).

 

“Ce programme a été mis en place pour mettre en valeur notre travail, mais ce sont des choses que l’on fait depuis des années”, commentait le 26 juillet Valérie Dimanchin, médecin à l’unité État végétatif chronique / état pauci-relationnel (EVC/EPC) de l’hôpital d’Uzès, à propos du prix décerné par l’ANFH. Ce jour-là le maire d’Uzès est venu féliciter l’équipe pour cette récompense nationale, décrochée dans la catégorie “Amélioration de la qualité des soins et prise en charge des patients”. “Fier en tant que président du conseil de surveillance”, Jean-Luc Chapon a assuré qu’il n’entendait “que des félicitations” à propos de l’hôpital local.

Aromathérapie, toucher-massage, bain thérapeutique…

Trois membres de l’unité EVC/EPC ont validé un diplôme universitaire “Prise en soin des patients EVC/EPR”, une formation sur “des sujets liés tant au biologique qu’au psycho-social”, qui s’adresse à tous les professionnels qui interviennent auprès des personnes cérébrolésées. “On y apprend beaucoup de choses et c’est l’occasion de partager nos expériences réciproques”, explique Dr Valérie Dimanchin, une des trois titulaires du DU avec la cadre de santé Sandrine Barral et l’aide-soignante Brigitte Ryckembusch.
Depuis deux ans l’ensemble de l’unité (une vingtaine de personnes) reçoit des formations à l’aromathérapie, au toucher-massage, au bain thérapeutique, à la méthode “Snoezelen”… Des pratiques qui visent à améliorer le bien-être des patients – une quinzaine de personnes sont actuellement prises en charge par le service uzétien. “Obtenir la détente là où séjournait la souffrance”, résume l’équipe dans un film de présentation réalisé par l’AFNH (voir ci-dessous) pour illustrer cette nouvelle approche.

Un “apaisement” général

Zoothérapie et musicothérapie sont aussi employées pour la stimulation sensorielle. Depuis un an par exemple, Raphaël Lenormand, qui travaille au service technique de l’hôpital d’Uzès, intervient auprès de patients deux jours par mois, bénévolement. Muni d’un “Handpan”, un instrument de percussion mélodique qui émet beaucoup de vibrations, il crée un contact avec les patients. “Cet instrument donne des sons apaisants, envoûtants. Dans le service EVC c’est un stimuli, alors que dans les Ehpad ou service de soins longue durée, on observe que les patients sont plus “posés””, témoigne Raphaël Lenormand.
D’après les responsables du service EVC, l’apaisement est un des principaux bienfaits des pratiques initiées en 2017. “Les bénéfices sont flagrants, en particulier lors des visites des familles. L’ambiance est plus détendue et les relations sont différentes”, d’après Sandrine Barral.

 

Le film de présentation réalisé par l’AFNH :

 

Quentin Germain
Publié le 29/07/2019 à 17:35

 

Dans la même rubrique

Vallabrix : une nouvelle école pour 2020

Vallabrix : une nouvelle école pour 2020

🔒 Projet Amazon : la commission d’enquête donne son feu vert

🔒 Projet Amazon : la commission d’enquête donne son feu vert

Sécheresse : quel impact sur les vendanges ?

Sécheresse : quel impact sur les vendanges ?

Un prix national pour la qualité des soins aux patients cérébrolésés

Un prix national pour la qualité des soins aux patients cérébrolésés

{"slide_show":"3","slide_scroll":"1","dots":"false","arrows":"true","autoplay":"true","autoplay_interval":"7000","speed":"300","loop":"true","design":"design-1"}


Toute l'info sur uzesnews.fr


sur les réseaux sociaux