Sécheresse : quel impact sur les vendanges ?


Sécheresse : quel impact sur les vendanges ?

Par Uzès News

Une légère baisse de la production viticole est attendue en raison des conditions météo.

 

La faible pluviométrie enregistrée ces dernières semaines dans le Gard retarde un peu la croissance du vignoble par rapport à l’année dernière, d’après le dernier Bulletin de santé du végétal publié par la Chambre d’agriculture : la majorité des plantes en est au stade de “fermeture de la grappe” alors que l’an passé, la période correspondait au début de la véraison. Cette année, les plantations semblent relativement préservées contre les parasites et les maladies telles que l’oïdium, peu présent dans le département.

Quelques symptômes de Black Rot en Uzège

Le Black Rot (“pourriture noire”), dont la présence a été “anecdotique” jusque-là, s’est tout de même montré en Uzège : “de très rares nouveaux symptômes” ont été repérés sur des feuilles de Grenache. Quelques larves de cicadelle verte sont observées dans le Gard, et certaines parcelles sont plus sensibles que d’autres aux tordeuses de la grappe, mais pour ce qui est du mildiou, “la pression est très faible” d’après la Chambre d’agriculture. Or, “la période de forte sensibilité de la vigne décroît à partir de la fermeture de la grappe” : à Bourdic, l’indice de risque est de +0,3 (sur une échelle de -5 à +5), à Tavel il est de -1,1 :
Dans plusieurs communes du Gard, les viticulteurs ont l’obligation de traiter leurs cultures contre la flavescence dorée. Ce n’est pas le secteur de l’Uzège, classé en “catégorie 3” par un arrêté préfectoral, mais la surveillance de cette maladie de la vigne y est renforcée.

Gel et canicule

Dans une note de conjoncture publiée le 10 juillet , le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation indique que “la production est estimée inférieure à celle de 2018” en Languedoc-Roussillon. En causes : les conditions météorologiques. “La canicule de fin juin a occasionné des grillures sur grappes avec des pertes de production”, et avant cela les plaines gardoises ont souffert du gel.
“Au 1er juillet, la réserve en eau des sols est déficitaire par rapport à la moyenne sur 30 ans, dans la plupart des bassins”, avertit le ministère, qui estime la production viticole française en baisse de 6 à 13 % par rapport aux vendanges 2018 – mais relativement stable si on la compare à la production moyenne sur quatre ans, qui est d’environ 45 millions d’hectolitres.
“Ces premières estimations sont établies sans connaissance des événements climatiques et des problèmes sanitaires qui pourraient survenir jusqu’aux vendanges. Elles sont donc susceptibles d’être révisées lors des prochaines publications”, précise le ministère.

 

Pour lire le Bulletin de santé du végétal édité par la Chambre d’agriculture du 23/07/2019 : cliquez ici.

 

Quentin Germain
Publié le 30/07/2019 à 17:45

 

Dans la même rubrique

🔒 Sangliers : la pression de chasse maintenue

🔒 Sangliers : la pression de chasse maintenue

Vallabrix : une nouvelle école pour 2020

Vallabrix : une nouvelle école pour 2020

🔒 Projet Amazon : la commission d’enquête donne son feu vert

🔒 Projet Amazon : la commission d’enquête donne son feu vert

Sécheresse : quel impact sur les vendanges ?

Sécheresse : quel impact sur les vendanges ?

{"slide_show":"3","slide_scroll":"1","dots":"false","arrows":"true","autoplay":"true","autoplay_interval":"7000","speed":"300","loop":"true","design":"design-1"}


Toute l'info sur uzesnews.fr


sur les réseaux sociaux