Publicité : Uzès veut fixer les règles


Publicité : Uzès veut fixer les règles
Un recensement des panneaux, enseignes et préenseignes est prévu à Uzès (en photo, la route de Nîmes).
Par Uzès News

Approuvée par le Conseil municipal, l’élaboration du règlement a été confiée à un bureau d’études.


Formulée au dernier conseil municipal, la demande adressée au maire d’Uzès de présenter les décisions prises en vertu de la délégation qui lui a été accordée par le Conseil, a été réitérée le 9 juillet. “Vous avez dû vérifier la légitimité de notre requête”, a interpellé Lydie Defos du Rau, du groupe Ensemble pour Uzès. Réponse de Jean-Luc Chapon : certes “c’est dans la loi” mais ne pas faire état de ces décisions est selon lui “toléré”. “Donc je n’en parlerai pas”. Son opposante conteste. “Vous me poursuivez ?”, lui demande le maire. “C’est facile”, répond-elle, désappointée, avant de voter contre le compte-rendu de la précédente réunion (qui fait l’objet de deux votes négatifs et d’une abstention).
Lydie Defos du Rau se dit en revanche “ravie” que le Conseil municipal travaille sur un règlement local de publicité, bien qu’elle le juge tardif – “dans une ville bénéficiant d’une telle valeur patrimoniale, c’était une évidence que d’engager un RLP au plus vite”. Présentée par Brigitte de Saboulin-Bollena, adjointe à l’urbanisme, l’idée est de “réguler les implantations publicitaires le long des principaux axes d’accès au centre urbain ainsi que dans les zones les plus exposées en matière d’implantations publicitaires” – une compétence exercée jusqu’à maintenant par les services de l’État, mais Uzès veut un document “plus restrictif que la réglementation nationale”.

“Il s’agit de supprimer les panneaux”

Dans ses réponses aux élus d’opposition, la municipalité précise que suite à un appel d’offres, un bureau d’études a été désigné pour élaborer un règlement, ce qui devrait coûter environ 17 000 €. “Ensuite il y aura un travail de concertation, un travail en commission et une enquête publique : il serait intéressant que celle-ci se déroule en même temps que l’enquête sur la révision du plan local d’urbanisme”, explique Brigitte de Saboulin-Bollena – cette modification du PLU vise à permettre la création de jardins familiaux au Pas-du-Loup. “Il s’agit de supprimer les panneaux, pas de les taxer”, ajoute Jean-Luc Chapon. Lorsque Jérôme Maurin lui demande si toute la commune est concernée par le recensement des panneaux publicitaires, le maire assure que “ça coule de source”.
La ville d’Uzès est par ailleurs candidate à l’appel à projets “Bourgs Centres” lancé par la Région Occitanie, pour obtenir une aide à l’élaboration d’un Projet de développement et de valorisation. Le Conseil municipal a adopté une convention avec le Pôle d’équilibre territorial rural (PETR) pour appuyer cette candidature. “Tout cela est déjà bien avancé, nous n’avons pas été associés à la réflexion”, regrette Lydie Defos du Rau en apprenant qu’une “pré-candidature” a déjà été déposée.

400 000 € pour reloger trois associations

L’élue d’Ensemble pour Uzès décide de ne pas voter la réhabilitation des anciennes cuisines centrales situées place du Dr Devèze : 400 000 € sont prévus pour aménager ces espaces, qui seront affectés à trois associations uzétiennes : AVF, club de bridge et La Fesnestrelle. “N’est-il pas envisageable que les locaux soient partagés pour que d’autres associations puissent en jouir ?”, demande Lydie Defos du Rau en regrettant que les décisions n’aient “pas fait l’objet d’une concertation”.
“Vous montrez là tout le désintérêt que vous avez pour les associations d’Uzès”, lui envoie Jean-Luc Chapon en faisant valoir que ces trois structures représentent 850 adhérents. “Ce sont des associations qui font un travail exceptionnel. Allez expliquer aux bénévoles qu’ils doivent partager les locaux, alors que des activités se déroulent presque en permanence”. Le maire indique qu’au local actuel d’AVF, “la toiture risque de s’effondrer à moyen terme”, que le club de bridge doit déménager de l’évêché avant la rénovation de ce dernier, et que La Fenestrelle est “mal logée, dans les locaux de la mairie”.


La commune demande le maintien des services fiscaux

Comme cela a été fait au sein de l’intercommunalité Pays d’Uzès, une motion a été adoptée “contre le démantèlement du service public en milieu rural” : la municipalité s’oppose au projet de réorganisation de la Direction générale des finances publiques à l’horizon 2022, qui prévoit le maintien de 6 trésoreries seulement dans le Gard (il y en a 22 aujourd’hui) et un transfert de compétences vers les collectivités locales. “Une réunion est prévue à Uzès le 3 septembre : nous inviterons tous les élus des territoires qui dépendent des trésoreries de Remoulins, St-Chaptes et Uzès”, fait savoir Jean-Luc Chapon.

“La plupart des panneaux ne sont pas conformes”


L’association Soreve, qui agit notamment dans les domaines de l’environnement et de la qualité de vie, travaille sur le sujet de la publicité depuis 1995 et a pu faire connaître ses points de vue sur le sujet aux collectivités, dont la ville d’Uzès et le Pôle d’équilibre territorial rural (PETR). Philippe Tiébot, adhérent de l’association, a entamé un recensement des panneaux, enseignes et préenseignes à Uzès. “La plupart ne sont pas conformes à la règlementation nationale”, affirme-t-il.
Soreve s’intéresse également à la publicité hors agglomération. “La Direction départementale des territoires et de la mer nous a encouragés à travailler sur l’axe Uzès-Pont du Gard”, indique le président de l’association, Jean-Gabriel Blanc.
Concernant le projet de règlement local de la publicité, Soreve exprime sa satisfaction de voir le sujet revenir sur le devant de la scène. “Quoique nous aurions préféré une réglementation intercommunale, qui aurait permis d’harmoniser les règles d’implantation et esthétiques des publicités”, commente Philippe Tiébot. L’association devrait se manifester prochainement auprès de la mairie afin d’être associée à l’élaboration du règlement.




Quentin Germain
Publié le 10/07/2019 à 17:40


Dans la même rubrique

Post Image

🔒 “Petites villes” de France :
un congrès près d’Uzès avant les élections

Post Image

Une secrétaire d’État à Castillon-du-Gard

Post Image

Publicité : Uzès veut fixer les règles

Post Image

🔒 Pays d’Uzès : les élus s’opposent au désengagement de l’État

{"slide_show":"3","slide_scroll":"1","dots":"false","arrows":"true","autoplay":"true","autoplay_interval":"7000","speed":"300","loop":"true","design":"design-1"}